L'administration ad hoc

 

L'association est inscrite sur la liste des administrateurs ad hoc de la Cour d'Appel de Nîmes. Lorsque la protection des intérêts d'un mineur victime n'est pas assurée par ses représentants légaux (ses parents, son tuteur), ou en cas d'opposition d'intérêts, le juge saisi de l'affaire doit désigner une personne digne de confiance nommée administrateur ad hoc.

 

Cette personne est chargée de veiller aux intérêts de l'enfant.

 

Ces missions concernent des mineurs victimes d'abus sexuels ou d' agressions corporelles, la plupart du temps au sein même de leur famille.